133223

Le dernier film du réalisateur canadien Jean-Marc Vallée est l’adaptation librement inspirée du roman de Cheryl Strayed (dans lequel elle romance sa vie). 

Désespérée par l’échec de sa vie et de son couple ainsi que par des années d’addictions et d’errance, Cheryl entreprend une randonnée solitaire et salvatrice afin de redevenir elle-même.

Au départ de la frontière mexicaine, pour aller rejoindre la frontière canadienne, la randonnée qu’elle entreprend (le «Pacific Crest Trail») est la plus longue et la plus difficile des Etats-Unis. 

Sur plus de 1700 km, souvenirs, rencontres, doutes, peurs, découvertes et immenses moments de joie vont se côtoyer.

Au bout se tient la liberté d’une vie nouvelle, où après s’être affrontée elle-même pendant 3 mois, elle pourra se reconstruire. 

054086

Reese Witherspoon avait eu, lors de la lecture du livre de Cheryl Strayed, un véritable coup de coeur et souhaitait l’adapter au cinéma.

A l’origine imaginé comme un film plus intimiste et plus brut, Wild s’avère finalement un peu édulcoré, et, il est vrai, sans grande surprise.

 

Pourtant, j’ai tout de même passé un agréable moment.

 

  • Avant tout parce que je découvrais totalement cette histoire et qu’elle m’a touché.
  • Ensuite parce que j’aime vraiment bien Reese Witherspoon à l’écran, depuis toujours je crois, et que je guette facilement les films dans lesquels elle joue !
  • Enfin parce que le rythme du film est agréable, sans lacune. Le spectateur est vite embarqué à la fois dans la randonnée aux côtés de Cheryl et à la fois dans sa tête, ses souvenirs, ses doutes.

L’alternance des flash-back et de plans très resserrés sur Reese Witherspoon permet de rester complètement impliqué dans la dynamique du propos, tant dans le rythme que dans la forme.

L’utilisation de la musique (et du son en général) est parfaite. 

La photo et les plans sublimes de la nature sont eux aussi à la hauteur !

 

503539

 

Si vous me demandez, je vous dirai que j’ai évidemment mille fois préféré Dallas Buyer Club de Jean-Marc Vallée pour ce qui est du propos et de la finesse de la mise en scène, mais ce «Wild» est loin d’être raté. 

En course pour pas mal de récompenses, certains disent qu’il est un peu trop correct et lisse pour être honnête... il y a un peu de cela, c’est vrai, mais ça ne lui enlève rien pour moi.

Encore pas un immense coup de coeur, mais un vraiment bon moment de cinéma en ce qui me concerne !