... J'ai eu envie d'écrire, de retour du film "Dans la maison" de François Ozon.

C'est un peu le sujet du film justement, l'écriture...

C'est sûrement pour ça...

Mais pas que...

 

C'est surtout que j'avais oublié ce blog... qui ne doit plus être lu ! (Juste retour des choses...)

Mais si par hasard quelqu'un passait par là...C'est surtout une histoire d’envie de faire le point sur ce film quelque peu déstabilisant...

De l’avis quasi général, ce serait le meilleur film d’Ozon! Ne nous emballons pas, avec plus d’une quinzaine de films à son actif et avec encore une belle carrière devant lui (on lui souhaite !) il nous faudra rester pragmatique devant ce que certains qualifient de virtuosité tout de même !

Alors oui, les sources et les références sont incroyables: Il y a du Hitchcock, du De Palma, et du Pasolini même lit-on dans les critiques ! 

Je ne m’avancerai pas, les professionnels font ça nettement mieux que moi !

Néanmoins, il y a, à n’en pas douter, un subtil jeu entre clichés, voyeurisme, élégance, décadence, angoisse et étonnement. Le tout dans une sorte de mise en abîme parfaitement maîtrisée dans le rythme et structurée dans le récit. C’est probablement ce qui rend l’ensemble si dérangeant... le sentiment à la fois de maîtriser cérébralement le déroulement d’un suspens si perturbant... le rendant quasi réjouissant.

Bref ! Sur le papier, inracontable. Dans la réalité, invivable. Au cinéma, étonnant.

 

A voir ! Même si vu le monde que ce film semble drainer, les critiques ont déjà su correctement haranguer les foules !!

 

Inutile de le préciser, mais Fabrice Luchini reste brillant. Kristin Scott Thomas sublime, et Ernst Umhauer surprenant.

 

Dans la maison, de François Ozon avec Fabrice Luchini, Kristin Scott Thomas, Ernst Umhauer. 

Claude, un jeune garçon de 16 ans, s’invite dans le foyer d’un de ces camarades de classe et observe vivre cette famille; observation dont il fait le récit dans ses rédactions à son professeur de français qui voit en lui un élève doué et différent et l’incite à écrire d’avantage. Mais l’intrusion «dans la maison» va mettre en place une série d’évènements débordant quelque peu du récit. 

DANS LA MAISON : BANDE-ANNONCE