375271

Le dernier film de Jean-Paul Rouve est, de mon point de vue, pas si inintéressant !

Je m’explique...

D’emblée pas franchement convaincue (non mais les gars qui rédigeaient les synopsis, soyez plus funky, parce que parfois, y’a de quoi faire fuir les spectateurs, sans rire...) ma curiosité a tout de même était piquée au vif par deux trois détails parmi lesquels:

  • Premièrement: Filou du blog Baz’Art l’avait cité dans sa sélection ciné de la semaine :-) (si vous ne lisez pas déjà son blog, sachez que ses sélections ciné chaque mercredi sont toujours très pertinentes, voilà, c’est dit !) ;-)
  • Deuxièmement: en visionnant la bande-annonce, qui vois-je ? Mathieu Spinosi ! Et je ne sais pas vous, mais moi, ce petit loup là, il me plaît bien à priori ! ;-) 
  • Troisièmement: J’étais curieuse de découvrir Jean-Paul Rouve derrière la caméra, parce que jusqu’à maintenant je ne m’étais pas intéressée à son travail de réalisation.

 

Et finalement, ce ne fut pas si désagréable !! ;-)

 

498704

  

Je m’attendais à une belle dose de guimauve un peu lourde à digérer, et ce fut beaucoup plus léger que prévu. (Bon, vous pouvez lire cette dernière phrase avec l’idée que ce n’était pas non plus très étoffé... c’est vrai aussi... mais pas seulement !)

Beaucoup de tendresse, et somme toute, une vision assez juste de la vieillesse, de la famille aussi, avec ce que cela implique, dans nos sociétés modernes, de prendre en charge un parent vieillissant... Implications réciproques d’ailleurs, dans la notion d’abandon et de responsabilités...

On ne passe évidemment pas à côté d’un peu de niaiserie et d’une fin un peu facile... Le thème «à la recherche de l’amour» étant un tout petit peu sirupeux et selon moi, un peu surexploité.

Néanmoins, il y a de vrais moments d’émotion, en particulier au sein de la relation grand-mère/petit-fils.

455232

Mon coup de coeur va sans conteste à Annie Cordy, que j’ai trouvé très touchante, et à Mathieu Spinosi, qui, sauf dans les quelques scènes d’amoureux transis, se révèle assez juste et pétillant !

 

Je n’avais pas lu le livre de David Foenkinos qui a servi d’adaptation pour ce film, mais l’ensemble me semble assez juste: sans véritable surprise mais avec suffisamment d’émotion pour ne pas être négligeable.

 

Une petite comédie familiale simple, qui rempli à priori son job.

 

Rien à signaler côté mise en scène en revanche... 

Et, j’ai quand même gardé le pire pour la fin... je dois l’avouer, je déplore que Michel Blanc s’applique à être si mauvais...

 

Mais on ne va quand même pas se quitter sur une note aussi maussade, alors, mention spéciale aux décors pour les scènes tournées à Etretat... parce que c’est quand même juste un endroit sublime ! 

299170

Et notons la présence (courte certes !) de Blanche Gardin qui me fait toujours beaucoup rire et que je trouve remarquable.

Quand au personnage de la directrice de la maison de retraite incarné par Audrey Lamy, c’est juste un régal de clichés ! 

 

La grand mère de Romain a 85 ans. Un âge auquel, vivre seule est devenu difficile... oh, pas pour elle ! Non, elle, elle n’y voit aucun inconvénients, bien au contraire ! Mais c’est difficile pour ses enfants de la savoir seule, et possiblement en danger. La solution de la maison de retraite semble être la meilleure pour tous. Sauf pour la vieille dame, que la tendance à l’indépendance et la vitalité d’esprit font vite se sentir à l’étroit entourée de tous ces «vieux» (comme elle dit !) ;-)

Cela Romain l’a bien compris, même lorsque son père débarque pour lui annoncer que sa grand-mère s’est «échappée» ...