Si le temps m’a beaucoup manqué dernièrement pour venir publier quoique ce soit ici, il ne m’a pas moins manqué pour aller au cinéma... :-(

Pour autant, parmi les quelques films que j’ai pu voir dernièrement, et bien que pour la plupart ils ne soient même plus en salle et que leur critique ait été faite depuis longtemps, il y en a quelques uns dont je tenais tout de même à vous toucher deux ou trois mots...!!

 

C’est parti donc pour un rattrapage en bonne et due forme de mon relâchement rédactionnel et cinématographique de ces dernières semaines...!! ;-)

 

Je commence donc par Lucy de Luc Besson.

298657

Sorti le 6 août dernier, il ne m’aura pas fallu longtemps pour aller le voir car je dois avouer que le soir même de sa sortie je jouais déjà des coudes dans mon petit cinéma de province pour parvenir à décrocher une place dans une des 4 séances du soir (depuis quand n’avait-on d’ailleurs pas programmé un film dans 2 salles simultanément et ne les avait-on pas vu complètes 30 minutes avant le début du film ???!!! - A bon entendeur, en province, la plupart du temps, en semaine, les salles sont vides, même le soir... c’est terriblement triste mais c’est tout de même une réalité...)

Forte d’être finalement installée dans la salle et attendant fébrilement le début du film, je m’autorise cependant à me dire que si je devais frôler l’ennui (je ne sais pas pourquoi, un pressentiment...) le film ne durerai que 1h29... ouf !

 

Sincèrement, plus d’un mois plus tard, je ne me souviens plus précisément de chaque séquence et je ne me souviens plus non plus de l’instant où j’ai définitivement renoncé à passer un bon moment... mais ça devait être assez rapidement... bien que j’ai atteint un état de désespoir avancé dans le dernier quart du film.... A t-on idée d’imaginer une fin aussi mauvaise ??

040552

En matière de médiocrité ici cependant, la mention spéciale revient aux petits intermèdes documentaires et animaliers qui viennent sous-tendre un suspens particulièrement inexistant... Que se passera t-il lorsqu’une sublimissime jeune femme blonde pas piquée des hannetons parviendra à utiliser 100% de ses capacités intellectuelles ...??? ... Je vous le donne en mille: le tout tiendra dans une toute petite clé USB...! (on n’a pas précisé la capacité de la clé USB, oui, je sais...)

 

Outre donc que le scénario est franchement déplorable, la réalisation n’est vraiment pas meilleure, et, croyez-le bien, ça me coûte de dire ça tant j’avais envie de croire à un bon film d’anticipation divertissant filmé avec génie. 

Et bien non. 

L’ambition démesurée de ce film n’a finalement d’égal que le pathétique qui s’en dégage.

Le résultat de cet amas de pseudo grand spectacle de poursuites et de règlements de comptes est finalement informe et inutile.

 

Dommage pour la sublime Scarlett, qui à elle seule ne parvient pas à rendre le film intéressant, car là encore, Besson ne daigne même pas lui donner l’aura qu’il a pu précédemment donner à d’autres de ces héroïnes.

 

Le propos pourtant aurait pu nous amener à une réflexion plus efficace: celle des limites de l’évolution, mais aussi une réflexion plus large sur l’humanité.

Mais encore aurait-il fallu éviter de noyer tout cela dans le grandiloquent, la démesure et ne pas sous-traiter le tout de manière aussi superficielle. 

 

On donne ici à voir au grand public un film qui lui suggère l’idée de réfléchir... tout en l’empêchant de le faire. On lui laisse la possibilité de se complaire d’avoir vu un «bon gros film d’action» plein de réflexion sur la vie mais on évite surtout d’aller trop loin.

Car un vrai documentaire étayé et censé aurait été chiant comme la pluie et aurait nécessité autant de recherches passionnantes qu’il y aurait inversement eu d’entrées en salles (et ça n’aurait pas été vraiment bon pour les affaires du producteur/réalisateur tout ça...) et un simple bon film d’action aurait certainement manqué de panache à tendance mégalo pour faire suffisamment bonne mesure.

372308

En conséquence, un film sans intérêt. 

Enlevez d’ailleurs les pseudos séquences animalières et documentaires et je ne suis même pas sûre qu’on atteigne le format standard d’un long métrage, c’est dire...

 

Le tout servi par un budget de 40 millions de dollars, toujours en salle à travers le monde après 7 semaines (distribué dans 55 pays), ayant cumulé plus de 4,5 millions d’entrées en France et ayant fait en 7e semaine plus de 120 millions de dollars de recettes aux Etats-Unis...

 

Ca se passe définitivement de commentaires...

 

Synopsis: A la suite de circonstances indépendantes de sa volonté, une jeune étudiante voit ses capacités intellectuelles se développer à l’infini. Elle « colonise » son cerveau, et acquiert des pouvoirs illimités.

324245