200011

Tristesse Club aura été l’autre grand moment ciné du weekend après Bird People !

Autrement dit, ça a été un chouette weekend cinématographique ! :-)

D’autant qu’à cela il faut ajouter l’ouverture du Festival du film d’animation d’Annecy (oh, ne vous en faites pas, vous allez y avoir droit toute la semaine à ce festival... je bosse (beaucoup) trop pour y aller, mais j’ai préparé des tas d’articles pour votre plus grand plaisir...!!) ;-)

 

Bref, je disais donc un grand weekend ciné...

 

Et Tristesse Club donc ?

 

Je partais avec un léger à priori sorti de je ne sais où... trop entendu parlé certainement...

 

Mais j’y allais le coeur léger car j’aime bien Laurent Lafitte !

Et j’avais très envie de découvrir réellement Vincent Macaigne. Quant à Ludivine Sagnier, je la savais déjà sublime !

 

Ce dont je n’étais pas convaincue en revanche c’était cette histoire de famille... moi, les histoire de famille mal résolues au cinéma, ça ne m’emballe pas, que voulez-vous ?!!

 

Cela dit, le trio fraternel fonctionne vite assez bien et l’intrigue (bien qu’à bien y réfléchir elle soit un peu légère...) fonctionne aussi !

Car, loin de ne rester qu’une comédie dramatique, le film sait se faire un peu polar également... et, comme nos protagonistes, nous nous surprenons à mener un peu l’enquête histoire de savoir ce qui a bien pu se passer...

 

Très vite (scène d’ouverture et suivantes) les deux personnages principaux ne nous échappent nullement: Léon (Laurent Lafitte), divorcé, fauché et paumé est le frère de Bruno (Vincent Macaigne), célibataire endurci handicapé des sentiments (mais toujours plus humain que son frère)...

Et puis il y a Cloé (Ludivine Sagnier), sublime demi-soeur adultérine et bientôt presque incestueuse qui joue surtout à troubler la fratrie.

Ah, et il y a aussi, ne l’oublions pas, l'incroyable lac de Paladru en Isère... Sublime écrin s’il en est pour porter ce film (très bien mis en exergue par une jolie photographie au demeurant...): tour à tour envoûtant, inquiétant, énigmatique, lumineux et parfois même, un peu sinistre...

 

435116

Le décor se dresse donc au bord du lac (quasi exclusivement) dans un hôtel abandonné, lieu de l’enfance de Léon et Bruno, maison de leur père qui vient de mourir.

Rassemblés pour l’évènement, ils ne vont pas tarder à mettre à jour leur tristesse (et ses secrets). 

Il est question d’enfance, de blessures et des ravages qu’elles font sur les vies d’adultes. Ravages que peuvent aussi faire les secrets, les mensonges, les désirs et les peurs.

Qui que vous soyez, vous devez normalement saisir un peu de ce dont je parle... et si c’est le cas, et bien alors, bienvenus au Club !

 

Difficile d’en dire plus sans rien en dévoiler.

Pour autant, retenez que, tout d’abord c’est un premier long métrage et que franchement, chapeau M. Mariette (il n’est pas néophyte non plus le garçon en matière de réalisation avec de chouettes court-métrages à son actif!) !!

Ensuite, si d’emblée le scénario semble un peu farfelu ou trop simple ou juste étrange... laissez-vous juste surprendre !

Puis, remettez-vous en au jeu de ses trois acteurs absolument sublimes... et, laissez-vous porter !

 

Ce n’est ni totalement dramatique, ni comique, ni romantique; c’est aussi chargé de tout un tas de références aussi folles que furieuses (il y a même un peu de road-movie...  et est-ce que tout le monde aura vu comme moi, une ambiance bord de lac/ sinistre/inquiétante/film d’horreur ??!!): c’est en tout cas un habile et original mélange de tout cela !

C’est en bref un film complètement inattendu et décalé porté par des acteurs géniaux !

Et, comme je l’ai dit sur Twitter, une jolie comédie mélancolique douce amère !

118452

  

Et si on attribuait des notes aux films dorénavant? Vous en pensez quoi ???

 

Scénario: 3/5

Casting: 4/5

Mise en scène: 3/5

Photo: 3.5/5 

Musique: 2.5/5 (ah oui, la musique ça pêche un peu par contre je trouve !!)

Mon sentiment général: 3,5/5 (compte double !)

 

Et donc une note globale de 3.25/5 !! :-)

 

Belle semaine à tous et toutes !! :-)