A l'origine, il y avait 11 nominations. Finalement il y a eu 3 Oscar pour ce film de Fred Zinnemann avec à l’affiche Jane Fonda, Vanessa Redgrave (oscarisée pour son second rôle), Jason Robards (Oscar du meilleur acteur dans un second rôle) et Meryl Streep dans son premier rôle au cinéma.

Inconnu au bataillon jusqu’à il y a quelques années en ce qui me concerne, j’ai découvert en le visionnant un film surprenant qui ne m’a pas laissé indifférente.

L’avez-vous vu quant à vous ?

Je vous en dis rapidement un mot en espérant vous inciter à le découvrir si ce n’est pas déjà fait ! 

 

photo-2

 

Jane Fonda y incarne Lillian Hellman, dramaturge américaine qui lutte pour s’imposer dans le milieu littéraire aux côtés de son époux Dashiell Hammett, incarné par Jason Robards, avec qui elle vit sur la côte Est des Etats-Unis dans une paisible maison face à l’océan. Sans nouvelles de son amie d’enfance, Julia (Vanessa Redgrave), partie étudier la médecine en Europe, elle tente de la retrouver. Résistante anti-fasciste à Vienne, Julia a disparu en 1934. 3 ans plus tard, lors d’un séjour à Paris, Lillian retrouve alors sa trace et cherche à revoir son amie.

Le sujet est complexe et aborde une succession de thèmes profonds: à la fois une fresque politique dont le personnage central est une femme engagée dans la résistance, la complexité d’une Europe en guerre, et une bouleversante histoire d’amitié.

Fred Zinnemann en peaufine la réalisation minutieusement et offre à ses acteurs d’évoluer au sein d’une oeuvre poignante. Avec un sens aigu du détail, et une réalisation classique très aboutie, Zinnermann attaque ce sujet souvent épuisé au cinéma qu’est la résistance, avec un angle subtil qu’est celui de l’amitié entre deux femmes aux intelligences complémentaires. Quand l’une est littéraire et en retrait des affres de la société, protégée par son mari, son succès et un mode de vie très confortable, l’autre est scientifique, pragmatique et engagée dans un combat violent contre les idées nazies... A la rencontre des deux, une amitié d’enfance qui dépasse ces différences et repoussent les limites et les frontières.

Du point de vue du scénario le film est une réelle et surprenante réussite. Après, bien sûr, il existe quelques limites... malgré la pluie d’Oscar, certains acteurs m’ont moins convaincus que d’autres... Jason Robards notamment, passablement grognon à tendance antipathique...

Au delà, la volonté de Zinnermann de n’évoquer l’enfance des deux personnages uniquement par des flash-backs annihile un peu la profondeur du lien qui les unie... bien qu’au cours de l’évolution du film, le spectateur finisse par en prendre la mesure et l’engagement.

Le rythme quant à lui, est un peu laborieux... je suis forcée d’admettre que je me suis un peu ennuyée, mais cela dit, l’approche est vraiment intéressante, et le duo d’actrice clairement touchant. 

Donc, malgré quelques longueurs, c’était une belle découverte cinématographique qui propose une vraie lecture particulière du thème de l’engagement moral, personnel et politique.

De mon point de vue donc, un film original à découvrir, porté par deux actrices sublimes.