Je ne parle normalement pas vraiment de musées ou d’expositions, mais je vais faire une entorse à cela aujourd’hui ! Car à la faveur d’une balade parisienne (oui, cela m’arrive parfois d’échapper à la province et de venir jusqu’à la Capitale, ne croyez pas !!) ;-) je suis allée me perdre aux confins de la rue Chaptal dans le 9e arrondissement et m’émerveiller au coeur du Musée de la Vie Romantique.

photo 3-3

Etabli depuis 1983 dans la demeure du peintre Ary Scheffer construite en 1830 au 16 rue Chaptal, ce musée de la ville de Paris est consacré à la vie artistique et littéraire du début du 19e s. En deux mots donc: Une merveille !

Le musée n’est pas seulement constitué de la demeure qui abrite les collections permanentes mais aussi d’un jardin extérieur et d’un jardin d’hiver qui accueillent de mi-mars à fin octobre un adorable salon de thé ouvert du mardi au dimanche de 10h à 17h30, et également de l’atelier-salon et du grand atelier de part et d’autre de l’allée d’accès qui abritent les expositions temporaires.

L’atelier-salon était le lieu de rencontre de l’élite artistique et littéraire autour d’Ary Scheffer, chaque vendredi. Parmi les artistes présents on pouvait compter George Sand, Chopin, Delacroix, Rossini, Liszt, Dickens...

1002889-George_Sand

George Sand tient en effet une grande place dans la collection permanente du musée, notamment dans les pièces du rez-de-chaussée de la maison. On peut y voir des tableaux, des objets, des bijoux ayant appartenu à George Sand ou à sa famille...

Les bijoux sont ici les objets qui m’émerveillent le plus car il y a une collection assez rare de «bijoux de souvenir/de mémoire» ou «bijoux de deuil» fabriqués en cheveux (les cheveux d’un être cher disparu tressés en bracelet et serti de pierres précieuses notamment) et je trouve cette technique fascinante.

On peut par ailleurs y voir le rubis offert par la mère de Louis XVI à sa cousine Marie-Aurore de Saxe, grand-mère paternelle de George Sand... Le sang royal qui coulait dans les veines de Georges Sand* est perceptible dans beaucoup des objets exposés là. Et l’ensemble de ces objets qui racontent des parcelles de cette vie incroyable sont de mon point de vue vraiment touchants. Ses amis les plus proches, sa famille, ses amants y sont représentés: on y retrouve Liszt, Musset, Chopin, Delacroix, Clésinger...

On peut y voir aussi les propres créations de George Sand, quand, vers la fin de sa vie, elle s’est adonné à l’aquarelle et à l’art de la «dendrite» qui consistait à écraser des couleurs aquarellées afin de produire des nervures qui, au gré de l’imagination débordante de la romancière, prenaient les traits de paysages imaginaires.

dendrite 

Le premier étage est quant à lui dédié aux portraits romantiques, à la famille Scheffer-Renan ainsi qu’à l’oeuvre d’Ary Scheffer et d’Ernest Renan.

 

Ecrin de verdure et de poésie délicatement préservé au coeur de Paris, ce musée de la Vie Romantique est plein de charme, et à bien des égard, remplie d’histoire. Une grande partie des oeuvres exposées qui ne proviennent pas de dons des familles de Georges Sand ou des Scheffer-Renan, proviennent du fond de collection du Musée Carnavalet. Certaines acquisitions ont ensuite été faites au fil du temps par la Mairie de Paris pour venir garnir les vitrines et les murs de cet Hotel Scheffer-Renan.

 

Si vous passez par là, je vous conseille vraiment d'y aller jeter un oeil. La visite est courte (et gratuite pour la collection permanente) mais vraiment passionnante. Préférez y aller pendant les beaux jours car l’endroit dégage alors une magie incroyable, et profitez d’un instant de plénitude au salon de thé.

photo 1-3

Accès Métro Blanche, Pigalle, Saint-Georges, ou Liège - Ouvert du Mardi au Dimanche de 10h à 18h - 16, rue Chaptal, Paris 9e

 

* George Sand est née Amantine Aurore Lucile Dupin (1804-1876), fille de Maurice Dupin de Francueil et de Sophie-Victoire Delaborde. Elle est, par son père, l'arrière-petite-fille du maréchal de France Maurice de Saxe (1696-1750) et par sa mère, d’une ascendance populaire. Elle porte un grand attachement à sa grand-mère Marie-Aurore de Saxe, comtesse de Horn, puis Madame Dupin de Francueil, fille naturelle du maréchal de France Maurice de Saxe (1696-1750), cousine de Marie-Josèphe de Saxe, Dauphine de France, mère de Louis XVI, Louis XVIII et Charles X. George Sand devient baronne Dudevant lors de son mariage en 1822 avec Casimir Dudevant. Ils auront ensemble un fils Maurice, et une fille Solange. Leur séparation sera prononcée en 1836. Les amours de la romancière seront nombreuses et passionnées: Jules Sandeau, Prosper Mérimée, Alfred de Musset, Pietro Pagello, Louis Michel, Frédéric Chopin, Alexandre Manceau...