Non pas que la blogosphère manque particulièrement d'éléments structurants - quoiqu'il paraîtrait que le nombre de blogs en France soit en baisse notable depuis quelques temps - mais comme tout un chacun, j'imagine que je me devais d'apporter ma pierre à l'édifice... (Pour le côté grisant de l'appartenance à un tout, dans un monde où l'individualisme criant nous incite à communiquer avec nous même derrière un petit écran et un clavier... Triste paradoxe !)

Certes, le discours général veut que l'on ne sache pas vraiment en terme de chiffre ce que représentent les blogs. On parle tout de même en millions de blogs créés (mais peut-être qu'en milliers de non-abandonnés...); En France, la marge est grande et se situe entre 15 et 30 millions selon les sources*.

On estime qu'au monde, il y en aurait 156 millions*. Wahou ! Ma pierre à l'édifice prend donc l'aspect d'un grain de sable perdu dans des décilitres de mortier, qui, à peine séché s'effriterait lamentablement au bas d'un mur... (virtuel et communautaire, évidemment !)

 

Et bien soit ! Tentons l'expérience quand même. Pour la beauté du geste. Pour la libération de l'esprit et des idées. Pour exploiter un droit que peut-être, dernièrement, on aurait eu tendance à dénigrer/remettre en question/bafouer (ne rayez pas la mention inutile, c'est juste une histoire de point de vue). Le droit de s'exprimer. Le droit de partager aussi. Et celui d'aimer (soyons fous ! ça ne fait de mal à personne, ça reste une folie virtuelle...!), d'aimer les mots, les dire, les écrire, les réinventer, les disperser.

C'est un peu maladif je crois, mais cela s'ancre dans un mal de communication très actuel. J'aime seulement parler !

Bon, pour l'heure, j'écris. C'est un palliatif. Efficace, cela va sans dire. 

Car voyez-vous, si j'aime les dire, et les entendre - car les mots ne sont jamais aussi beaux que déployés au sein d'expressions, décalqués à travers des intonations, égayés par des accents - je les trouve majestueux lorsqu'ils sont assemblés, les uns à côtés des autres, sur le papier, calligraphiés, dactylographiés...

Certes, mon enthousiasme est réfréné par la virtualité de l'écran et du clavier... Mais peu importe, car ils les portent docilement sans oser les froisser...

 

Oh, peut-être sera-ce moi qui les froisserai un peu parfois, car, l'impatience, l'enthousiasme, l'inattention et, ma foi, la bêtise, me placent quelques fois en porte-à-faux avec l'orthographe... Autant que faire se peut, je tâcherai néanmoins de faire attention.

 

Pour ce qui est de mon expérience avec la «Webalité» 2.0, mes connaissances sont quelques peu limitées, j'en ai peur. Certes, j'ai déjà fait l'expérience de la blogosphère il y a quelques années (la lassitude et les aléas non-virtuels de la vie ayant engendré un abandon revendiqué pur et simple de ce précédent cybercarnet**) mais je reste une handicapée des nouvelles technologies, que pourtant, je m'acharne à m'approprier ! (à quand le retour aux pigeons voyageurs notamment, pour palier à certains dysfonctionnement de services semi-publics et autres pertes, même virtuelles, de courrier ??)

C'est en référence à ces quelques lacunes que j'ose débuter ce blog avec une interface que je ne qualifierai pas des plus abouties, mais, que j'espère construire progressivement, et rendre beaucoup plus agréable. Parce qu'un blog, selon moi, c'est aussi ça. Un propos, une apparence, une ambiance en perpétuel mouvement, vers une possible évolution.

 

Pour ce qui est du propos, j'édulcorerai aussi un peu, certainement, et irai parfois vers plus de simplicité dans la forme.

Pour le fond, il faudra se contenter de ce qui me passe à portée de main, même si, le plus souvent, ce sera certainement de l'ordre de ce que l'actualité nous propose en terme de divertissement...

Cela dit, l'actualité peut être, elle-même, parfois, assez divertissante...!

 

 P.S: un peu d'acidité parfois, des erreurs possiblement souvent, des points de vue en tout cas, et beaucoup de second degré, la plupart du temps.

 

* Source Wikipedia et journaldunet.com

** expression consacrée par nos cousins québécois pour parler des blogs (Blog, qui d'ailleurs, littéralement vient de «Web log», en quelque sorte, journal de la toile... - Chouette titre, tiens, "le journal d'une araignée"... dommage que je déteste ces bestioles...! - )